Normalité

 

La Parole du Maître

je vous rassure de moins de vue, je suis tout a fait normal

J.ai aucun intérêt a me faire diagnostiquer asperger. Je pense que ceux qui le font sont tout aussi malade que le malade qu’ils diagnostique. Ce qui leur permet d’avoir peu etre une emprise . Ça ne m’interesse pas du tout de rentrer dans ce jeux.

si j’achette rien avant la fin descembre, ca va me faire des benifices et il faudra que je paye des charges socials la dessus + des impots , total 400 ou 500 euros. si j’achette pour 1400 euros, ca fais 1100 euors ht. donc la difference n’est que de 600 euros. Imaginons que l’année prochainne mon activité ne me permette pas de payer les charges social, je suis encore obliger d’etre en proces avec le RSI, il me faut aller chercher la lettre recommander, a la poste, aller chercher l’avis de l’huissier, faire la lettre au tribunal pour contester, aller au tribunal pour dire que je n’ai rien gagner, tout cela prend enormement de temps.

Exégèse

EricD nous interpelle ici sur la notion de normalité.

Il nous rappelle avec malice qu’une normalité ne peut se définir que par rapport à un référentiel, et que par définition celui ne peut être que relatif à l’observateur, celui qui s’érige en juge de cette normalité. Au fond, nous sommes tous normaux – de notre point de vue. A ceux qui douteraient de sa normalité, EricD renvoie donc avec justesse leur propre pseudo-normalité dans la figure.

A tout prendre, la normalité d’EricD – avec sa forte cohérence interne, et ses résultats sportifs impressionnant – n’est-elle pas finalement tout à fait aussi légitime que bien d’autres, celles que l’on voit à l’oeuvre en politique, ou dans les affaires par exemple? Mais surtout, cette normalité n’est-elle pas fondamentalement plus saine et et enthousiasmante que cette pseudo-normalité que veut nous imposer l’establishment médico-psychiatrique, avec son jargon inaccessible au commun des mortels, ses hiérarchies structurées et rigides, et son environnement aliénant et pathogène?

Point déterminant, EricD refuse de se victimiser. A une époque ou bien d’autres font tout pour obtenir leur statut de victime (de la société, de leurs gènes, de l’amiante, de leur ex, de la cité, du système scolaire, de leur patron, de la globalisation, de la crise, des racailles…) en vue d’obtenir quelque misérable allocation et vivre aux dépens de la collectivité, EricD refuse ce statut, relève la tête, et participe pleinement au système productif national. Son incroyable esprit d’entreprise le fait accomplir avec ardeur les tâches les plus rudes. EricD choisit le statut d’entrepreneur, refuse celui de victime sociale, et c’est un choix qui force le respect. On comprend néanmoins sa réticence à ce que le fruit de son effort soit capté par le RSI pour alimenter un système médico-psychiatrique bourgeois, tentaculaire et parasitaire, puisque financé par les prélèvements sur le dur travail des classes laborieuses!

 

2 réflexions sur « Normalité »

  1. Ma contribution (enfin, celle de Aldous Huxley) à la notion de normalité. Très intéressant:

    “The real hopeless victims of mental illness are to be found among those who appear to be most normal. « Many of them are normal because they are so well adjusted to our mode of existence, because their human voice has been silenced so early in their lives, that they do not even struggle or suffer or develop symptoms as the neurotic does. » They are normal not in what may be called the absolute sense of the word; they are normal only in relation to a profoundly abnormal society. Their perfect adjustment to that abnormal society is a measure of their mental sickness. These millions of abnormally normal people, living without fuss in a society to which, if they were fully human beings, they ought not to be adjusted.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *