Segmentation

La Parole du Maître:

Pour ce qui est des enchaînement, je suis d’avis a enchaîner une semaine de vélo, jusqu’a ce que les cuisses soient des bouts de bois, puis une semaine de natation jusque ce que les épaules soit raide….

 

ce qui est dur , c’est pas de s’entrainer, c’est de récupérer.

Exégèse

Jusqu’à présent, nous suivions tous plus ou moins la méthode classique: chaque semaine un peu de natation, de CAP et de vélo, quelques séances avec des enchaînements… Or force est de constater que cette méthode mène à la stagnation.

Encore une fois, par son approche radicalement neuve et innovante, débarassée de tout préjugé ou de toute influence externe (et qui comme toute innovation suscite sarcasmes et moqueries), EricD nous fait voir la lumière: pourquoi ne pas essayer de mieux segmenter nos entraînements?

En saupoudrant nos entraînement chaque semaine sur les 3 disciplines, on limite vraiment notre potentiel de progression dans chaque discipline.

Pourquoi ne pas concentrer complètement certaines périodes sur une discipline donnée, pour vraiment progresser? :idea:

Évidemment, le challenge est ensuite de conserver les progrès ainsi acquis – mais tout le monde sait qu’ il est beaucoup plus facile de maintenir un niveau que de l’augmenter.

Il est donc nécessaire de reconstruire nos plans, en donnant une nette dominante à certaines semaines ou quinzaines. Et on repassera sur des enchaînements (intra-semaine ou intra-séance) à l’approche des compétitions…

2 réflexions au sujet de « Segmentation »

  1. Je ne vois trop en quoi il s’agirait là d’une méthode « radicalement neuve et innovante ». S’entraîner de cette façon (faire des blocs par discipline) est une méthode quasiment aussi vieille que le triathlon. Un article là-dessus était paru dans triathlète il y a au moins 15 ans………….
    Que les écrits d’Eric puissent faire naître des débâts pourquoi pas. Mais les faire passer pour des concepts révolutionnaires relève de la manipulation ou dénote une grande ignorance des procédés d’entraînement.

  2. Le précédent débateur parle de manipulation, il est super drôle (mdr dirait ma voisine d’en face), ou d’ignorance (serait-il aussi triste que ma voisine du rdc ?).
    L’escrime par exemple, le sabre en l’occurence, est en soi une base de connaissances qui se perd peu avec les années. McEnroe, vu de mes yeux vus il y a peu, joue toujours comme un dieu.
    La course à pied et le vélo, sports de puissance pure et d’endurance, n’ont pas l’exigence du beau geste comme l’escrime et le tennis.

    Mais le corps a une mémoire.

    Foncièrement vôtre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *